Alors, ça roule ?

Alors, ça roule ?

Un petit livre illustré par RED! sur les idées à la con qu’on peut avoir sur les transports. Allez, hop, un extrait… «  C’est comme ça, on ne peut rien contre le stationnement en double file !? – Cela a été étudié en Île-de-France, mais il n’y a pas de raison qu’il en soit autrement ailleurs : le stationnement en double file est l’une des principales causes de retard des bus, obligés de ralentir pour contourner ces obstacles intempestifs. La double file, c’est aussi l’ennemi de l’automobiliste, qui l’oblige à ralentir, à prendre des risques pour déboîter, et à râler. C’est aussi son ami lorsqu’il a – comme toujours – une bonne raison de s’y adonner : porter un chèque à la banque, acheter une baguette, saluer un copain… On n’en a jamais pour longtemps. Moyennant quoi la fluidité de la circulation en ville est altérée. L’agglomération de Nice a constaté une hausse des émissions d’oxyde d’azote, de particules fines et de benzène dans les quartiers les plus concernés par le stationnement en double file. Cette hausse peut aller de 3 à 36 % quand même ! Mais voilà, se garer en double  le n’entraîne qu’une toute petite amende, de l’ordre de 22 €…

128 pages, livre illustré, Delachaux & Niestlé, sorti le 5 septembre 2019.

La fin du tout-voiture

La fin du tout-voiture

L’auto n’est plus tout à fait un rêve, un totem social. Elle est un mal nécessaire. Les élus en ont marre, les automobilistes paient trop, les villes s’étouffent, les jeunes s’en préoccupent moins que de leurs smartphones, le diesel pollue, les modèles sont trop chers et moche. Peugeot s’effondre. Voilà des signes qui montrent que le symbole même de notre civilisation est en train de vaciller. Tant mieux ! Mais ce vacillement ne va-t-il pas en entraîner d’autres ? Par quoi pourra-t-on remplacer le tout-voiture ? Pas par le tout électrique, c’est certain

224 pages, essai, Actes-Sud, sorti le 13 septembre 2013.