Ouvriers d’hier et d’aujourd’hui

Ouvriers d’hier et d’aujourd’hui

La suite de l’exploration de mon monde ch’ti. L’ouvrier, les ouvriers, mythifiés, tellement qu’on a fini par les oublier. On les redécouvre, invisibles, Mais on les croit toujours homogènes, ce qu’ils n’ont jamais été. Belle icono, belle maquette, merci Thomas.

224 pages, livre illustré, Gründ, sorti le octobre 2010.

Les gueules noires

Les gueules noires

Encore une lubie ? Non, une opportunité. Celle de me confronter à l’un des deux mythes fondateurs de la conscience Ch’ti (l’autre, c’est la première guerre mondiale, avis aux éditeurs intéressés). La mine est un mythe, le mineur est une icône. On lui a acheté ce brevet contre la disparition de son travail au lendemain de la seconde guerre mondiale. Et quel boulot ! Tellement dur que pour s’en accommoder il fallut bien en développer une fierté, forgée par la virilité, la brutalité et l’esprit de corps. Les mineurs, c’était une humanité à part, celle du fond, qui ne se reconnaissait pas dans celle de la surface. D’où la déchirure que ressentent toujours les mineurs quand on leur demande d’évoquer leur passé ouvrier… Belle maquette de Thomas Brisebarre.

224 pages, livre illustré, De Borée, 2 octobre 2007.