Petit atlas des poissons des récifs coraliens

Petit atlas des poissons des récifs coraliens

Les récifs coralliens couvrent 0,16 % de la surface totale des océans, en majorité dans les mers chaudes (entre 18 °C et 29 °C), là où l’eau est claire, assez salée et bien oxygénée par la houle et les vagues. C’est une superficie dérisoire, et pourtant, plus du quart de toutes les espèces de poissons de la planète s’y ébat en couleurs car les coraux sont des haltes stables dans des mers pauvres. Les poissons viennent s’y abriter, s’y reposer, s’y reproduire, y fureter.- des astuces de reconnaissance parmi les milliers d’espèces existantes- des conseils d’observation pour les plongeurs- pour chaque espèce : taille, couleurs et mode de vie- pour certaines espèces, une mention spéciale : venimeux – dangereux ou potentiellement agressif – mortel.

24 pages, 95 x 210 mm, guide d’identification (dépliant), Delachaux & Niestlé, paru le 11 mars 2010.

Petit atlas des poissons de Méditerranée

Petit atlas des poissons de Méditerranée

634 espèces de poissons peuplent la Méditerranée, mer chaude, aux allures parfois tropicales. Pauvre en nutriments, pauvre en plancton, elle est pourtant très riche en espèces : chaleur, teneur en sels et nourriture chiche sont d’excellents facteurs électifs.Dans ce petit ouvrage, le lecteur apprendra à reconnaître 65 espèces. Leurs formes en disent long sur leur mode et leur milieu de vie : parmi les pierres et tombants, on trouve murènes, congres et rascasse ; parmi les algues, loups et sars communs ; sur le sable, grondins rayés et turbots ; en pleine eau, dorades royales et sardines. L’auteur décrit également quelques tout petits poissons, la famille des labres et enfin les poissons venus d’ailleurs comme la baliste ou le poisson-écureuil.Petits conseils d’observations : à l’étal du poissonnier, au bord de la mer muni de palmes, d’un masque et d’un tuba ou bien au cours d’une plongée sous-marine !

24 pages, 95 x 210 mm, guide d’identification (dépliant), Delachaux & Niestlé, paru le 11 juin 2009.

Plus de poisson à la criée

Plus de poisson à la criée

Bon, d’accord, je suis le troisième de l’année, sorti bon dernier. Et le lecteur qui aura déjà mis 20 euros pour les confrères ne risque pas d’en remettre pour ma pomme. Mais qui sait ? Voudra-t-il peut-être, le gentil lecteur, en cette période de rentrée qui n’a jamais été favorable au pouvoir d’achat, surtout après des JO, du foot et du vélo qui l’ont obligé à acquérir un écran plat géant afin de mieux déceler les traces de piqûres sur les cuisses des dopés, voudra-t-il donc, l’heureux livrophile, un style fort peu caressant pour la gent pêcheuse qui fait rien que vider nos mers et nos océans ? Voudra-t-il savoir pourquoi la fuite en avant, promue par certains (la pêche est un monde d’hommes), nous conduit à une mer peuplée de bâtons de surimi ? Voudra-t-il comprendre en quoi la morue, le thon rouge et l’anchois sont les symboles de nos choix de société aberrants et de notre schizophrénie ? Oui ! Car j’y vais non mollement sur les “solutions” : réseaux de réserves marines, élevages d’herbivores ou offshore et… privatisation des quotas de pêche. C’est en marche, mais on ne le dit pas assez : les fidèles zélateurs de l’économie néolibérale, ont, avec la pêche, l’exemple qui leur manquait, illustrant la théorie de la tragédie des vaines pâtures : la mer se vide, parce qu’elle n’appartient à personne et que le poisson appartient à celui qui l’attrape. “Mieux” gérer la pêche, c’est donc privatiser le poisson. Cruelle révolution philosophique déjà entreprise en Islande et dont on cause au Ministère.

224 pages, essai, Delachaux & Niestlé, sorti le 2 octobre 2008.

Le dico du monde marin

Le dico du monde marin

Le Dico de… est une collection qui propose de faire le tour complet d’un thème ou d’une civilisation. Grâce à de multiples entrées classées par ordre alphabétique ou thématique, tous les grands sujets sont abordés. Des ouvrages à la fois sérieux et divertissants pour un public large de passionnés.
Venez écouter le chant des sirènes, découvrir le fabuleux Nautilus du capitaine Némo ! Partez à la découverte des océans du globe et des barrières de corail du Pacifique. Apprenez à reconnaître les oiseaux limicoles, les instruments de navigation, les isthmes et les détroits !
Un dico qui ouvre les portes du monde marin, entre mystère et science.
A comme astrolabe
B comme bouillabaisse
C comme courants marins…
Mers et océans du monde entier transportent, nourrissent et régulent notre écosystème : un sujet d’étude inépuisable.
Pourquoi pendant longtemps, les femmes n’étaient pas admises sur les bateaux ? Qui sont les habitants des abysses ? A quoi servent les amers et les bouées, véritable «code de la route» des marins ? Pourquoi y a-t-il des marées ? Qu’est ce que la houle ? Pour trouver un maximum d’informations sur toutes ces questions, plongez !
Avec pour guides Christophe Colomb, Ferdinand Magellan ou plus modernes : Eric Tabarly et Jacques Yves Cousteau, décryptez les traditions liées au monde marin, faites connaissance avec les animaux et les plantes qui les peuplent et découvrez les enjeux d’une telle immensité.
Des aspects les plus connus, poissons ou bateaux, aux moins évidents, les phénomènes physiques, ce nouveau Dico présente au fil des pages et anecdotes l’un des élé­ments les plus précieux de la Terre, le monde marin.

126 pages, 23 x 1,3 x 17,5 cm, livre illustré, La Martinière Jeunesse, paru le 03 avril 2008.

La pêche racontée aux enfants

La pêche racontée aux enfants

Quel est le point commun entre un Terre-Neuvas du 18ème siècle, un jeune Africain vivant dans un village côtier et un industriel breton ? La pêche !
Dans le monde, un homme sur six ne peut survivre sans la pêche… Source de nourriture ou de revenus, chaque nuit, partout dans le monde, une quarantaine de millions de pêcheurs affrontent la mer. Si chacun possède sa technique, tous sont soumis aux mêmes réglementations. Malgré cela, les ressources de la mer diminuent et 3 espèces sur 10 sont en train de s’épuiser !
La vie d’un pêcheur est mise à rude épreuve chaque jour : il est tantôt le travailleur acharné luttant contre les flots, tantôt l’homme attendant patiemment que le poisson morde à l’hameçon.

Photographe au talent largement salué, Philip Plisson s’adonne à sa passion depuis plus de 25 ans. Son travail regroupe aujourd’hui plus de 220 000 images et 26 livres réalisés en 10 ans.

74 pages, 32 x 1,2 x 26 cm, livre illustré, la Martinière Jeunesse, paru le 17 avril 2008.