Le sol, enquête sur un bien en péril

Le sol, enquête sur un bien en péril

Cessons de ruiner notre sol a fait date, alors les éditions Flammarion lui offrent une seconde vie avec une seconde édition en poche. Texte actualisé, entièrement revu, au final, les choses ont quand même bien avancé…

236 pages, enquête, Flammarion, sorti le 10 octobre 2018.

Le bio, au risque de se perdre

Le bio, au risque de se perdre

Après l’Assiette est dans le Pré, je continue ma petite exploration de la bouffe. De ce qu’elle nous dit de la société. De sa force de persuasion politique. Manger, c’est voter, comme ne cesse de le revendiquer mon préfacier, Périco Legasse. C’est peut-être voter plus efficacement que de laisser tomber un bulletin dans une urne ! Manger est un acte social, car manger correctement, c’est demander à l’agriculture de travailler correctement. C’est lui donner plus d’argent, donc plus de forces face au gang à chemisette-rayures-cravate de la Grande distribution. Mais manger mieux, à tous les sens du terme, est-ce forcément manger bio ? Non ! Car le Bio est la cerise que l’on va chercher après qu’on a su se reconstituer le bon gâteau d’une hygiène de vie et d’une culture alimentaire riche et diversifiée. À quoi bon manger bio si c’est des plats tout préparés livrés par messagerie ou des tomates en hiver cueillies en Espagne par des semi-esclaves marocains ? À quoi bon manger bio si c’est pour donner des sous à Leclerc et, bientôt, Amazon ? Le bio est un humanisme, une philosophie naturaliste qui s’oppose au système agroalimentaire tel qu’il est aujourd’hui, et au fascisme naissant qu’est le véganisme. Mais le bio est fragile, travaillé qu’il est par des contradictions internes et les formidables pressions de l’industrie et de la Grande disitrbution qui, toujours, essaient de phagocyter ce qui les menace. La crise de croissance est bien là. Elle peut ouvrir l’avenir sur un nouvel équilibre, une ligne d’horizon attirante pour ces 20% d’agriculteurs qui sont déjà en train de changer de modèle ; ou être l’idiot utile du processus d’élimination de l’agriculture humaine et paysagère, au profit d’une moléculture hygiéniste, tracée, propre à destination de purs esprits urbains effrayés par le sang, le sol, les épluchures, le gras et la mort. Attention, danger…

128 pages, enquête, Buchet-Chastel, sorti le 15 février 2018. Extrait

L’assiette est dans le pré

L’assiette est dans le pré

Enfin mon premier livre graphique… depuis le temps que je l’attendais… et Stéphanie Zweifel, mon éditrice, m’a trouvé un fabuleux dessinateur, Gilles Macagno. Qui résume en un coup de crayon le contenu de quelques feuillets.
Le 5 octobre de la deux mille et dix-septième année de l’ère chrétienne sortira mon premier livre graphique, et c’est un événement d’une ampleur nord-coréenne. Avec Gilles Macagno au dessin, je raconte l’agriculture d’aujourd’hui et de demain par le biais de la bouffe. Ce que nous mettons dans notre assiette est un acte social. Un choix de société. Un type d’aménagement du territoire. Bien manger, c’est faire le choix d’une agriculture aussi transparente que possible, conduite par des paysans suffisamment bien rémunérés. Manger de la merde, c’est accélérer le plus grand plan social de notre histoire, celui de la fin, terrifiante, de notre agriculture. Bien manger fait mieux vivre les paysans qui font mieux vivre nos écosystèmes. Pour vous donner faim, voici quelques doubles. Vous en aurez d’autres le 4 octobre…

128 pages, livre graphique, Delachaux & Niestlé, sorti le 5 octobre 2017. Extrait

La biodiversité, qu’est ce que c’est?

La biodiversité, qu’est ce que c’est?

A travers un ouvrage ludique et innovant, Frédéric Denhez propose d’aborder de manière simple les grandes lignes de la biodiversité : Qu’est-ce-que la biodiversité ? Derrière ce terme se cache la diversité des organisme vivants : animaux, plantes, hommes mais bien plus encore. La biodiversité, à quoi ça sert ? Indispensable à notre bien-être au quotidien, la biodiversité est tout autour de nous. Que peut-on faire chacun à notre niveau pour maintenir et préserver cette biodiversité ? A destination des enfants à partir de 8 ans, ce cahier rassemble des jeux, des activités et des quiz afin de mieux comprendre les enjeux de l’environnement mais également les bons gestes à acquérir pour préserver la biodiversité nécessaire à l’équilibre de chacun.

48 pages,18,7 x 0,8 x 23,7 cm, livre illustré, Hatier, paru le 17 octobre 2016.

S’engager pour un monde meilleur

S’engager pour un monde meilleur

(préface de Jean Jouzej)

À la demande de France Nature Environnement, j’ai écrit cette France de demain en dix propositions d’actions et de transformations, dix actes concrets, simples, qui sont autant de leviers pour changer le pays en changeant notre rapport à la nature et au temps. Dix propositions pour le citoyen… et dix propositions pour les élus. Cela fait vingt, en fait un peu plus. Dix chapitres, dix thèmes transversaux sur notre place dans la nature, notre rapport à l’énergie, le rôle fondamental des collectivités, la gouvernance de l’eau comme exemple à suivre (en l’améliorant…), l’importance de l’éducation à l’environnement et de la bouffe etc. Dix chapitres rédigés à partir des documents internes de FNE, des discussions avec ses bénévoles et salariés, de mes propres réflexions. Un livre pas facile à rédiger, car il a dû se frayer un chemin entre les nombreux réseaux et membres de la plus grande fédération d’associations de protections de la nature de France. Mais le voilà, il est beau comme une feuille de route à partir de laquelle tous les prétendants à la Présidentielle devrait développer leur vision de l’avenir. S’ils en ont une.

192 pages, essai, préface de Jean Jouzel, Flammarion, sorti le 27 avril 2016. Extrait

Une promesse de nature

Une promesse de nature

La vie d’un homme qui se confond avec celle des zoos et de l’évolution de la façon que la société a de voir la biodiversité : celle de Pierre Gay, héritier et père de ce qui était un trou peuplé d’animaux devenu un des plus beaux parcs zoologiques du monde. À Doué-la-Fontaine, la famille Gay, confondant sans toujours le savoir l’histoire de sa passion avec celle de ses ancêtres, a créé un petit chef-d’œuvre de pédagogie. Un havre entre nature et nature, entre l’homme et la nature, entre présent et futur, entre ici et là-bas. Entre l’histoire personnelle et l’histoire, une sorte de psychogénéalogie par l’amour de la nature. Un homme qui me dit “moi, ce qui me plaît ici, c’est pas de faire bonjour kiki à mes animaux le matin, c’est de les voir comme les représentants d’espèces qu’on est en train de sauver, elles et leurs habitats, avec les hommes, là-bas, qui vivent avec”, c’est un homme de qualité; Dont j’ai fait la bio, en nègre officiel.

190 pages, biographie, témoignage, Delachaux & Niestlé, sorti le 24 mars 2016.