Le ZAN, carrefour de nos ambiguïtés juridiques, environnementales et sociales

Pour une fois que l’industrie française de l’acronyme sort un bon produit, on ne va pas se plaindre : le ZAN attise la curiosité sur un concept nouveau, le Zéro artificialisation nette, lequel attire le regard sur un écosystème longtemps méprisé, en train de devenir un acteur politique important, le sol. Au point que l’Institut Paris Region a décidé de consacrer six débats sur le sujet, chaque mois de l’année 2020 jusqu’en juin. Le premier a eu lieu le 30 janvier dans les locaux de L’Institut à Paris. https://www.institutparisregion.fr/fileadmin/DataStorage/SavoirFaire/NosTravaux/Environnement/zan/zan1/Acte_ZAN_1_-_F._DenhezV3.pdf

Comment refaire la ville sur elle-même en l’ouvrant sur la nature ?

Le premier des six ateliers organisés par l’Institut Paris Région avait permis de s’acculturer au concept de zéro artificialisation nette (le ZAN). Le second, qui s’est tenu le 27 février, est entré dans le concret : le ZAN, c’est joli sur le papier, mais comment le met-on en œuvre pour que la ville, la région Ile-de-France, continuent d’accueillir du monde sans plus empiéter sur les terres agricoles, les milieux natu- rels, tout en créant de nouveaux espaces verts et… avec l’accepta- tion des citoyens qui ont vision souvent négative de la densification ? https://www.institutparisregion.fr/fileadmin/DataStorage/SavoirFaire/NosTravaux/Environnement/zan/zan2/Actes_ZAN2_FD.pdf